La sonnerie annonçant la foire d’automne
Le « Hääfelimäärt »
La halle de la foire
Le «Soggeball»
Service religieux de la foire d'automne

La sonnerie annonçant la foire d’automne

Depuis la fin du Moyen Âge, la foire d'automne de Bâle est annoncée par les deux « Mässglöggli » de la tour de l'église Saint-Martin. Partout sur les grandes places de la ville, la fête foraine démarre en un instant.

« D Mäss lyttet y, wär mer nit gromt, däm schlon y d Schyben y ! » (l’heure de la foire a sonné et attention à celui qui n’achète rien, on lui casse les vitres », criaient les enfants de Bâle au XIXème siècle. Aujourd'hui, ils le chantent: dans un recueil de chansons pour l'école primaire, la tentative de chantage de la jeunesse est transformée en canon. Depuis la fin du Moyen Âge, la Foire d'automne de Bâle est annoncée par les deux « Mässglöggli » dans la tour de l'église Saint-Martin, durant des siècles le 27 octobre, depuis 1926 le dernier samedi avant le 30 octobre. Les enfants, en particulier, attendent avec grande impatience ce moment, car pendant le premier quart d'heure de la foire d'automne, ils peuvent profiter de tous les manèges gratuitement. Exactement deux semaines plus tard, la petite cloche sonne de nouveau pour la fin de la foire.

Mais les enfants ne sont pas les seuls à aimer cette vieille coutume. Beaucoup de gens se rassemblent toujours sur la place de l'église Saint-Martin ou dans le salon de la tour pour assister à la sonnerie qui retentit pendant un quart d'heure. Aujourd’hui encore on sonne à la main les « Mässglöggli » – une expérience inhabituelle, surtout pour la jeune génération.

Gant et cor

Peu avant midi, le sonneur accueille les hôtes dans la salle de la tour. Il reçoit ensuite – en récompense de ses services – un gant de laine gauche de l’association bénévole bâloise pour la conservation des monuments historiques. Il reçoit le gant droit deux semaines plus tard. C'est ainsi que la tradition veut le « forcer » à se présenter à la sonnerie de fermeture. Il montre maintenant le gant à la foule qui attend en bas pour la sonnerie, comme un signe que la tradition séculaire a continué. Il souffle dans un vieux cor pour que personne ne manque ce moment tant attendu.

Quelques instants avant le coup de midi, un silence de plomb règne dans la salle de la tour, une tension énorme. Presque comme avant le coup de 4 heures du matin lors du carnaval de Bâle, le « Morgestraich » Presque comme avant le premier tir de pétard sur le Vogel Gryff. Là, enfin, la cloche sonne midi dans une ambiance électrique. En silence, les enfants dans la salle de la tour comptent les coups. Et maintenant, le « Mässglöggner » et son assistant commencent à sonner la foire d'automne sur les deux petites cloches aux sons éclatants. Pendant un quart d'heure, ils assurent leur service. Partout sur les grandes places de la ville, la fête foraine démarre en un instant.

Déjà lu ?

Découvrez les autres traditions de la Foire d'automne de Bâle:

Le « Hääfelimäärt »

La halle de la foire

Le «Soggeball»

Service religieux de la foire d'automne

Le « Hääfelimäärt »

Acheter de la vaisselle comme il y a cent ans

Le traditionnel « Hääfelimäärt » de la Bernoullistrasse fait partie de la foire d'automne au même titre que le « Morgestraich » du carnaval. Vous pouvez y acheter toutes sortes de vaisselles et de poteries, comme autrefois. Le « Hääfelimäärt » se tient sur la Petersplatz depuis 1877. Depuis 2010, le marché traditionnel brille d'un nouvel éclat.

Même nos grands-mères avaient l'habitude de remplacer au « Hääfelimäärt » la vaisselle que leur famille avait cassée pendant l'année.  Ce n'est plus nécessaire aujourd'hui: on trouve facilement des plats de toutes sortes dans les grands magasins et chez les grands distributeurs. Néanmoins, le « Hääfelimäärt » a survécu, il est même toujours extrêmement populaire. C'est une question de tradition et de nostalgie. Alors que, sur la Messeplatz, sur la Kasernenareal et sur la Barfüsserplatz, de nouveaux manèges offrent sans cesse des sensations fortes à un public majoritairement jeune, et qu'il ne reste des stands de vente traditionnels que les confiseurs avec leurs spécialités de foire et les offres de restauration, ici, la Foire d'automne est toujours restée comme à ses débuts. Car les foires de Bâle – le 11 juillet 1471, l'empereur allemand Frédéric III avait accordé à la ville, qui faisait encore partie de l’empire germanique, le privilège d'une foire de printemps et d'une foire d'automne – étaient en fait de grands marchés durant lesquels toutes les restrictions au commerce étaient levées.

La tradition sur la Petersplatz

Aujourd'hui, seule la Petersplatz en est encore imprégnée. On y trouve toujours des marchandises de toutes sortes, on y négocie, on y achète, et parfois même on y marchande les prix. Que la tradition médiévale se perpétue ici est toutefois paradoxal, car la Petersplatz a été ouverte tardivement pour la foire d'automne. Un décret du département de la police de Bâle du 4 octobre 1877 déclare: « En raison d'une décision du Grand Conseil, la foire sera déplacée de la Münsterplatz à la Petersplatz et dans ses environs. Les stands et les tables seront installés sur la Petersplatz, le Leonhardsgraben et le Petersgraben. La vente de poterie aura lieu sur la Petersplatz vers le Bernoullianum, et celle des marchandises en bois sur le Spalenberg ». Pour la poterie du moins, cela est resté le cas jusqu'à ce jour. 

Photo historique du Hääfelimäärt sur la Petersplatz.

Atmosphère magique

Bien sûr, le « Hääfelimäärt » a changé au fil du temps. Des photos du début du XXème siècle, par exemple, montrent que les vendeuses de marché étalaient simplement leurs plats sur le sol; aujourd'hui, les marchands créent des étals bien décorés. La vaisselle de tous les jours a fait place à des céramiques utilitaires aux formes originales ou au design élégant, qui conviennent particulièrement aux cadeaux. La porcelaine de Langenthal et de Roeseler est au centre depuis de nombreuses années; la poterie d'Alsace a disparu. Les Bâlois soucieux de la tradition remplacent encore ici leurs tasses et leurs assiettes. 30 à 40% de ses clients y viennent parce qu'ils ont besoin de vaisselle, explique Maurus Wenger, dont la famille tient un étal dans la Bernoullistrasse depuis plus de 100 ans. Pour lui, le charme particulier du « Hääfelimäärts » réside dans le fait que toutes les catégories sociales et tous les groupes d'âge s'y côtoient et que des conversations intéressantes avec toutes sortes de gens naissent toujours sur le stand. Mais tout le monde ne vient pas pour faire des achats; beaucoup profitent simplement de l'atmosphère particulière, surtout le soir, lorsque la porcelaine scintille à la lumière de centaines d'ampoules et que le marché déploie sa propre magie.



Le renouveau d'une tradition

Depuis 2010, les responsables de la foire déploient des efforts particuliers pour que le traditionnel « Hääfelimäärt » brille d'un nouvel éclat. Par exemple, en 2010, pour la première fois depuis des années, tous les stands de céramiques utilitaires classiques ont été placés volontairement dans la Bernoullistrasse. Depuis lors, cette rue est à nouveau peuplée en permanence de stands de vaisselle, comme autrefois. Depuis 2018, une porte d'entrée au design artistique attire l'attention des visiteurs de la foire sur le marché traditionnel.

vers la Petersplatz et le Hääfelimäärt

La halle de la foire
Le «Soggeball»
Service religieux de la foire d'automne
La sonnerie annonçant la foire d’automne

La halle de la foire

Vue sur le hall d'exposition sombre des Super 80's, ou scintillent des manèges multicolores.

La halle légendaire de la foire continue de vivre

La halle de la foire – qui fait aujourd'hui partie intégrante de la Foire d'automne de Bâle – a une longue et riche histoire. Depuis 1973, elle est située dans l'actuel hall 3 du Riehenring. Depuis 2013, la halle de la foire fait revivre l'âge d'or des années 1980.

En 1913, la Foire d'automne de Bâle s'est également tenue pour la première fois au Petit-Bâle, dans l'ancienne gare de Baden. Au cours des années suivantes, la foire d'automne a dû céder la place à la Mustermesse en pleine expansion et a finalement été organisée pour la première fois dans une halle en 1927 (cf. M. Fürstenberger/ E. Ritter 1971, p. 113).

À partir des années 1940, la Foire d'automne a trouvé un emplacement dans les halles 8 et 8a de la foire expo. À l'époque, des attractions comme la chenille, les chaises volantes ou un musée anatomique attiraient les visiteurs.

En 1973, la halle de la foire a déménagé dans l'actuel hall 3 du Riehenring, où elle est devenue un élément permanent de la foire d'automne de Bâle. Dans les années 1980, la halle de la foire a connu son heure de gloire. Avec des attractions extraordinaires telles que le Café Rutschbahn et des manèges comme le tapis volant, elle enchante les jeunes et ceux qui le sont restés.

De 1997 à 2012, la halle de la foire n'a plus eu de lieu fixe en raison de changements structurels. Mais depuis 2013, la légendaire halle de la foire du hall 3 connaît un renouveau. Sous le slogan « Super 80s », les visiteurs sont invités à la découvrir telle qu'elle était à son apogée il y a 30 ans.

à la halle de la foire

Le «Soggeball»

Chaussettes tricotées à la main et repas chauds au «Soggeball»

Les forains de la Foire d'automne de Bâle sont invités au traditionnel « Soggeball ». Cet événement est un signe de remerciement et de reconnaissance. Les chaussettes tricotées à la main qui sont distribuées au cours de la soirée donnent son nom au bal.

La tradition du « Soggeball » est née dans les années 1930, lorsqu'un messager biblique a été chargé de rendre visite aux forains de la Foire d'automne de Bâle et de leur remettre des petits livrets bibliques et des tracts. De ces rencontres est née l'envie d'une soirée pour les forains et leurs employés. La Société biblique de Bâle a donc invité à la soupe, au pain et au cacao. L'idée était d'apporter un peu de chaleur à ceux qui travaillaient dans le vent et les intempéries.

Depuis lors, la Société biblique de Bâle invite chaque année les forains de la Foire d'automne de Bâle au « Soggeball ». La soirée festive, préparée par de nombreux assistants, consiste en un dîner, des spectacles musicaux, des jeux et des témoignages sur le thème de la foi. Le cadeau traditionnel, ce sont les chaussettes tricotées à la main tout au long de l'année et qui donnent son nom à l'événement. Cet événement traditionnel est un signe de remerciement et de reconnaissance envers les forains et leurs employés. La Société biblique de Bâle n'a pas pour objectif premier une campagne missionnaire: c’est un signe de charité et de reconnaissance ancré dans la foi chrétienne. Le « Soggeball » est organisé par une équipe de bénévoles et vit de dons généreux.

Service religieux de la foire d'automne

Service religieux de la foire d'automne

Chaque année, le deuxième dimanche de la foire d'automne, un service œcuménique de la foire d'automne est organisé pour les forains et foraines, et tous les visiteurs intéressés sont les bienvenus. Adrian Bolzern (catholique romain) et Eveline Saoud (réformée) sont les célébrants de la foire pour les forains et les commerçants du marché, non seulement lors de l'office mais aussi tout au long de la foire d'automne.

La sonnerie annonçant la foire d’automne

Depuis la fin du Moyen Âge, la foire d'automne de Bâle est annoncée par les deux « Mässglöggli » de la tour de l'église Saint-Martin. Partout sur les grandes places de la ville, la fête foraine démarre en un instant.

« D Mäss lyttet y, wär mer nit gromt, däm schlon y d Schyben y ! » (l’heure de la foire a sonné et attention à celui qui n’achète rien, on lui casse les vitres », criaient les enfants de Bâle au XIXème siècle. Aujourd'hui, ils le chantent: dans un recueil de chansons pour l'école primaire, la tentative de chantage de la jeunesse est transformée en canon. Depuis la fin du Moyen Âge, la Foire d'automne de Bâle est annoncée par les deux « Mässglöggli » dans la tour de l'église Saint-Martin, durant des siècles le 27 octobre, depuis 1926 le dernier samedi avant le 30 octobre. Les enfants, en particulier, attendent avec grande impatience ce moment, car pendant le premier quart d'heure de la foire d'automne, ils peuvent profiter de tous les manèges gratuitement. Exactement deux semaines plus tard, la petite cloche sonne de nouveau pour la fin de la foire.

Mais les enfants ne sont pas les seuls à aimer cette vieille coutume. Beaucoup de gens se rassemblent toujours sur la place de l'église Saint-Martin ou dans le salon de la tour pour assister à la sonnerie qui retentit pendant un quart d'heure. Aujourd’hui encore on sonne à la main les « Mässglöggli » – une expérience inhabituelle, surtout pour la jeune génération.

Gant et cor

Peu avant midi, le sonneur accueille les hôtes dans la salle de la tour. Il reçoit ensuite – en récompense de ses services – un gant de laine gauche de l’association bénévole bâloise pour la conservation des monuments historiques. Il reçoit le gant droit deux semaines plus tard. C'est ainsi que la tradition veut le « forcer » à se présenter à la sonnerie de fermeture. Il montre maintenant le gant à la foule qui attend en bas pour la sonnerie, comme un signe que la tradition séculaire a continué. Il souffle dans un vieux cor pour que personne ne manque ce moment tant attendu.

Quelques instants avant le coup de midi, un silence de plomb règne dans la salle de la tour, une tension énorme. Presque comme avant le coup de 4 heures du matin lors du carnaval de Bâle, le « Morgestraich » Presque comme avant le premier tir de pétard sur le Vogel Gryff. Là, enfin, la cloche sonne midi dans une ambiance électrique. En silence, les enfants dans la salle de la tour comptent les coups. Et maintenant, le « Mässglöggner » et son assistant commencent à sonner la foire d'automne sur les deux petites cloches aux sons éclatants. Pendant un quart d'heure, ils assurent leur service. Partout sur les grandes places de la ville, la fête foraine démarre en un instant.

Déjà lu ?

Découvrez les autres traditions de la Foire d'automne de Bâle:

Le « Hääfelimäärt »

La halle de la foire

Le «Soggeball»

Service religieux de la foire d'automne

La halle de la foire

Vue sur le hall d'exposition sombre des Super 80's, ou scintillent des manèges multicolores.

La halle légendaire de la foire continue de vivre

La halle de la foire – qui fait aujourd'hui partie intégrante de la Foire d'automne de Bâle – a une longue et riche histoire. Depuis 1973, elle est située dans l'actuel hall 3 du Riehenring. Depuis 2013, la halle de la foire fait revivre l'âge d'or des années 1980.

En 1913, la Foire d'automne de Bâle s'est également tenue pour la première fois au Petit-Bâle, dans l'ancienne gare de Baden. Au cours des années suivantes, la foire d'automne a dû céder la place à la Mustermesse en pleine expansion et a finalement été organisée pour la première fois dans une halle en 1927 (cf. M. Fürstenberger/ E. Ritter 1971, p. 113).

À partir des années 1940, la Foire d'automne a trouvé un emplacement dans les halles 8 et 8a de la foire expo. À l'époque, des attractions comme la chenille, les chaises volantes ou un musée anatomique attiraient les visiteurs.

En 1973, la halle de la foire a déménagé dans l'actuel hall 3 du Riehenring, où elle est devenue un élément permanent de la foire d'automne de Bâle. Dans les années 1980, la halle de la foire a connu son heure de gloire. Avec des attractions extraordinaires telles que le Café Rutschbahn et des manèges comme le tapis volant, elle enchante les jeunes et ceux qui le sont restés.

De 1997 à 2012, la halle de la foire n'a plus eu de lieu fixe en raison de changements structurels. Mais depuis 2013, la légendaire halle de la foire du hall 3 connaît un renouveau. Sous le slogan « Super 80s », les visiteurs sont invités à la découvrir telle qu'elle était à son apogée il y a 30 ans.

à la halle de la foire

Le «Soggeball»

Chaussettes tricotées à la main et repas chauds au «Soggeball»

Les forains de la Foire d'automne de Bâle sont invités au traditionnel « Soggeball ». Cet événement est un signe de remerciement et de reconnaissance. Les chaussettes tricotées à la main qui sont distribuées au cours de la soirée donnent son nom au bal.

La tradition du « Soggeball » est née dans les années 1930, lorsqu'un messager biblique a été chargé de rendre visite aux forains de la Foire d'automne de Bâle et de leur remettre des petits livrets bibliques et des tracts. De ces rencontres est née l'envie d'une soirée pour les forains et leurs employés. La Société biblique de Bâle a donc invité à la soupe, au pain et au cacao. L'idée était d'apporter un peu de chaleur à ceux qui travaillaient dans le vent et les intempéries.

Depuis lors, la Société biblique de Bâle invite chaque année les forains de la Foire d'automne de Bâle au « Soggeball ». La soirée festive, préparée par de nombreux assistants, consiste en un dîner, des spectacles musicaux, des jeux et des témoignages sur le thème de la foi. Le cadeau traditionnel, ce sont les chaussettes tricotées à la main tout au long de l'année et qui donnent son nom à l'événement. Cet événement traditionnel est un signe de remerciement et de reconnaissance envers les forains et leurs employés. La Société biblique de Bâle n'a pas pour objectif premier une campagne missionnaire: c’est un signe de charité et de reconnaissance ancré dans la foi chrétienne. Le « Soggeball » est organisé par une équipe de bénévoles et vit de dons généreux.

Service religieux de la foire d'automne

Service religieux de la foire d'automne

Chaque année, le deuxième dimanche de la foire d'automne, un service œcuménique de la foire d'automne est organisé pour les forains et foraines, et tous les visiteurs intéressés sont les bienvenus. Adrian Bolzern (catholique romain) et Eveline Saoud (réformée) sont les célébrants de la foire pour les forains et les commerçants du marché, non seulement lors de l'office mais aussi tout au long de la foire d'automne.